© 2018 Fiori Musicali

Tél. 06 12 06 02 50

Cannes / Côte d'Azur / French Riviera

Nous suivre

  • Facebook Social Icône

Nous avons fondé en 1994 l’ensemble Fiori Musicali alors que nous étions étudiants aux conservatoires de Cannes ou de Nice. Nous nous sommes dès lors organisés en association régie par la loi de 1901 afin de professionnaliser certaines de nos activités musicales.

Ce qui nous rapprochait était l’amitié et la complicité. Nous étions sur la même longueur d’onde musicale.

Nous jouons des instruments acoustiques et classiques : du violoncelle, de la clarinette, de la harpe, du violon.

Les débuts
Jouer nos propres arrangements
L'expérience de jouer dans la rue
Une musique "d'accompagnement"
Adapter nos programmes au contexte
Un répertoire de styles très variés
Le travail du son
Parfois en costumes d'époque

Nous ne trouvions pas facilement de partitions adaptées à l’ensemble des instruments que nous jouons. Dès cette époque, nous avons commencé à réaliser des adaptations – en musique on parle plutôt d’arrangements – des différents morceaux que nous avions envie ou devions jouer.

 

Cette particularité est toujours une des bases de notre démarche : l’immense majorité de notre répertoire, qui s’est étoffé au fil des années dans de multiples directions, est constitué de nos propres arrangements. Nous possédons un grand savoir-faire en la matière, développé par l’expérience et étayé par de solides études d’harmonie ou de composition au conservatoire. Nous réalisons même des arrangements pour d’autres formations. Ainsi, il nous est possible de jouer presque n’importe quoi.

Au conservatoire nous débordions de l’envie de jouer et de jouer ensemble, de jouer en public, immergés dans la foule, de faire plaisir, de communiquer par la musique, de ressentir des émotions… Nous adorions jouer dans la rue (Cours Saleya à Nice, sur La Croisette à Cannes après les feux d’artifices….). On « palpait » ainsi directement l’impact sur le public de ce que nous jouions. C’était génial.

Il arrivait que des restaurateurs nous proposent de jouer plus régulièrement près de leur terrasse en échange d’un repas ou d’une glace. Que demander de plus pour être heureux ?

Que jouions-nous ? De tout. Des « tubes » classiques, de la musique tzigane, russe, des valses, des morceaux de variétés… ce qui nous plaisait et qui plaisait. Nous jouions ainsi du classique de manière « pas tout à fait classique » : des tempos endiablés, des nuances exacerbées, un peu de mise en scène, de la joie ou de la mélancolie selon la nature du morceau, souvent par cœur…

Ces expériences répétées ont été très formateur sur bien des plans :

  • Cela développe l’hyper complicité musicale entre les musiciens

  • On apprend à jouer dans des environnements vivants : il y a du bruit, les gens passent, mangent…

  • On apprend à « sentir » le public, ce qu’il aime, ce qu’il ressent, à « jouer » d’une certaine manière avec ce public. On sent quand il convient de se déplacer avant que l’attention d’une terrasse ne décroisse…

  • Cela apprend l’humilité, le public n’est pas là uniquement pour vous écouter, vous êtes là pour « divertir », comme des saltimbanques ! Certaines personnes passent et n’écoutent pas : il n’y a pas lieu de se vexer.

  • Cela développe la robustesse musicale, on joue, on ne s’arrête pas malgré les imprévus de la rue, le bruit…

  • Nous avons appris à bâtir et jouer des programmes variés, capables de capter et conserver l’attention d’un auditoire.

De multiples bénéfices donc.

C’est ainsi que nous avons pris goût à cette manière de jouer : au milieu du public et pas coupés de ce dernier, pas nécessairement maintenus à distance sur une scène.

La musique retrouve ainsi une fonction de divertissement, d’accompagnement, fonction qu’elle avait très souvent quand elle fut créée. Beaucoup d’œuvres musicales furent ainsi créées pour des événements particuliers, fastueux, officiels ou privés, heureux ou graves : cérémonies, fêtes de plein air, réceptions, diners, noces… y compris celles de Bach et de Mozart !

Nous nous plaçons donc, et toujours, dans cet état d’esprit de jouer une musique d’accompagnement. On parle maintenant plutôt de « musique pour événement », de « musique événementielle », de « Music for Events », mais ces termes sont certainement moins authentiques.

Un groupe musical a toujours une identité sonore, « un son », c’est une des principales dimensions qui le caractérisent. Cela semble évident pour de la musique moderne, le son des « Stones », de « Police », « d’Oasis »…

Mais cela existe aussi pour des groupes classiques, on dirait plutôt « ensembles » classiques d’ailleurs !

Le son est forgé par la complicité des musiciens acquise au fil du temps, d’où l’intérêt de jouer régulièrement avec les gens que l’on aime, et ne pas se regrouper simplement par opportunisme et ponctuellement, parce qu’il s’agirait de « faire un cachet » !

On apprend à faire sonner les instruments ensemble, à jouer bien juste, à savoir marier les timbres plutôt que les opposer, à les mettre au service de tel ou tel style musical, à se respecter…

Grâce à l’expérience forgée au cours des années de travail en commun, il est possible de faire sonner les instruments classiques au mieux et de jouer de manière revisitée et étonnante des morceaux qui ne sont pas nécessairement issus du répertoire classique.

Quels sont les styles musicaux à notre répertoire :

  • Classique et Romantique évidemment, étant données nos origines. On pense à Mozart, Schubert, Fauré, Debussy…

  • Baroque, on qualifie ainsi la musique des XVII et XVIIIè siècle, Vivaldi, Marin Marais, Haendel, Bach… On englobe souvent à tort ce style dans la musique classique.

  • Viennois : style entrainant et fastueux de la cour de Vienne, valses et polkas et la famille Strauss, opérettes…

  • Variétés françaises : musique instrumentale ou vocale du XXè siècle qui compte de nombreux standards intemporels : Aznavour, Piaff, Trenet…

  • Variétés internationales : standards américains, classiques des comédies musicales, musiques de films, standards de jazz…

  • Musiques sud-américaines : tangos, mambos, habaneras…

Grâce à notre souplesse « tous-terrains », un de nos points forts est la capacité à s’adapter au type ou au contexte d’un événement :

  • Un client voudra donner du classicisme à son mariage,

  • un autre voudra une cérémonie plus personnelle avec ses morceaux pop préférés ;

  • Le vernissage d’une exposition de peintures impressionnistes sera idéalement mis en valeur par un choix de musiques françaises de la même période, Debussy, Fauré, Satie, Ravel ;

  • Des artistes du cirque voudront que nous jouions des pièces avec des rythmes adaptés aux numéros qu’ils donneront…

 

C’est donc un travail passionnant et artistiquement très intéressant que de collaborer afin de trouver ce qui mettra le mieux en valeur un événement. C’est ce que nous vous proposons de faire.

Dans le prolongement d’une adaptation de la musique aux style et circonstances, et au gré de certains engagements de l’ensemble qui s’y prêtaient, nous avons aussi adapté nos tenues pour des recréations historiques, journées du patrimoine, soirée Carnaval de Venise, concert aux chandelles…

Cette activité est même un point fort de notre ensemble. Nous disposons d’un fond important de costumes d’époque et d’accessoires de mise en scène.

Dans de telles circonstances, nous soignons chaque détail pour donner le maximum d’authenticité à nos interventions.

Qui sommes-nous ?